Catégorie ha

Quel TCO pour les mobilités responsables ?

Le | Mobilités

Une fois de plus, les débats sur la définition même des mobilités vertes ont fait rage au sein du Club Managers Achats, réuni à Paris le mardi 22 novembre. Mobilité citadine, mobilité rurale, mobilité sobre ou moyens de transport décarbonés… Comment constituer votre dispositif de mobilité dans un environnement complexe et mouvant ?

Le Club Managers Achats, un événement Républik - © D.R.
Le Club Managers Achats, un événement Républik - © D.R.

De la loi d’orientation des mobilités (LOM), aux réglementations des ZFE (zone à faibles émissions), en passant par le crédit mobilité et le développement du télétravail, les évolutions réglementaires et sociétales poussent à réviser de fond en comble les politiques mobilité des entreprises. Une trentaine de directeurs et responsables Achats se sont réunis hier soir afin de débattre sur le Total Cost Ownership des mobilités vertes. De l’électrique au thermique sans oublier l’hydrogène… La mobilité verte sera-telle réellement un investissement gagnant en 2023 ?  

Cap sur les évolutions des mobilités 

Le véhicule électrique coûte plus cher 

Autant tuer le suspens tout de suite  : la mobilité verte a un coût. Arnaud Perard, Executive Fleet Director, Hertz, le confirme sans ambage  : «  le véhicule électrique coûte plus cher  ». Benjamin Rosenberg, enterprise account executive chez Uber For Business a beau avancer que «  l’offre Uber Green sera toujours, au moins de quelques dizaines de centimes, inférieure à l’offre Uber X », cet état de fait est dû à une volonté du géant des VTC qui promeuvent volontairement cette offre en rémunérant de manière plus importante les chauffeurs qui s’y engagent. 

Flotte automobile, réseau ferroviaire, transport en commun… L’offre de mobilité n’a sans doute jamais été aussi diversifiée qu’aujourd’hui. Cela étant, les transports demeurent toujours le premier secteur émetteur de gaz à effet de serre en comptabilisant 30  % des émissions de CO2. Face à ce nouveau défi, les entreprises sont appelées à verdir leurs usages, notamment en proposant aux collaborateurs une offre de mobilité écologique et responsable. Néanmoins, les investissements dans la mobilité verte sont-ils réellement soutenables pour les directions achats ?

Qu’inclure dans le TCO ? 

Augmentation du prix de l’énergie, fiscalité sans oublier la décote en LLD… Quelles sont les bons critères à intégrer pour avoir un Total Cost Ownership exhaustif ?  

À chacun sa méthode… Le calcul du TCO n’entre dans aucune règle, car en fonction de la taille de la flotte, mais surtout de la stratégie d’éco-responsabilisation des équipements, la grille de coût sera différente. Cela étant, à l’unanimité, les participants du Club Managers Achats sont, par exemple, sceptiques sur le réel avantage économique des investissements sur des véhicules électriques.

La règle, contradictoire de la réalité économique ?  

Outre l’évolution de la société, mais surtout de la réglementation, les entreprises reçoivent une injonction au changement. Au-delà de la règle, la responsabilité sociale et écologique de chaque entreprise représente non seulement une raison d’être, mais une identité ainsi qu’une condition sine qua non pour attirer les jeunes talents et ainsi améliorer sa marque employeur. 

 Les nouveaux collaborateurs dans nos sociétés sont de plus en plus jeunes et sont très sensibles à l'éco-conduite, à l’électrique ou à la mobilité durable

«  Les nouveaux collaborateurs dans nos sociétés sont de plus en plus jeunes et sont très sensibles à l'éco-conduite, à l’électrique ou à la mobilité durable. Sans l’approche écologique, vous ne recrutez pas aujourd’hui  », rappelle l’un des convives. Les directions achats sont donc dans la nécessité de résoudre cette tension entre l’injonction sociale (et réglementaire) et la réalité des achats : avoir un TCO clair, transparent, mais surtout cohérent sur le plan économique…

Par Sacha Bonnetête

Transférer cet article à un(e) ami(e)