Ha responsable

Tous les chemins de l’économie circulaire passent par les Achats

Par Guillaume Trecan | le | Environnement

Les approvisionnements et la gestion des ressources sont un des leviers essentiels dans le management d’un projet d’économie circulaire. L’Afnor qui consacre une norme à cet enjeu en a décrypté les ressorts lors d’une webconférence le 20 janvier.

Tous les chemins de l’économie circulaire passent par les Achats
Tous les chemins de l’économie circulaire passent par les Achats

Selon une étude conduite par l’Afnor en 2020 rappelée par Anne Benady, responsable environnement et économie circulaire, la fonction achats, à travers l’approvisionnement durable, est directement impliquée dans le deuxième levier le plus cité (56 %) parmi les domaines d’action de l’économie circulaire. Elle l’est indirectement dans la plupart des autres domaines d’action, qu’il s’agisse de la gestion des matières ou produits en fin de vie (61 %), de la consommation responsable (52 %) ou encore de l’éco-conception (43 %).

De fait, les deux actions concrètes les plus souvent citées impliquent une mobilisation de la direction achats : réduire les consommations et impacts (65 %) et remplacer progressivement les matières premières et composants (44 %). « A travers des actions de sourcing, les Achats sont aussi amenés à s’impliquer dans les autres actions concrètes, pour investir dans des matériels et infrastructures, ce qui représente 44 % des actions concrètes citées et même pour mener des actions de formation et de sensibilisation, cité dans 45 % des cas », explique Anne Benady, qui poursuit : « 67 % considèrent que cela va impacter les chaînes de valeur amont ». L’amont est en effet le deuxième domaine le plus cité après la conception des produits (75 %).

Anne Benady, responsable environnement et économie circulaire. - © Gil lefauconnier
Anne Benady, responsable environnement et économie circulaire. - © Gil lefauconnier

                                                                                                                                

L’entreprise va avoir besoin des acheteurs pour sourcer et identifier les partenaires impliqués dans la mutualisation de ces flux et pour trouver des débouchés 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                 

Sourcer les partenaires de boucles locales

Mais les acheteurs ont également leur rôle à jouer dans des leviers moins connus que l’approvisionnement, en particulier la symbiose industrielle, qui consiste à constituer une chaîne avec différents acteurs d’un même territoire. « Cela consiste à faire en sorte que ses flux sortants deviennent les flux entrants d’un acteur voisin. La symbiose industrielle peut s’appliquer à différentes matières, à l’énergie, aux déchets. On peut aussi envisager de mutualiser des moyens de collectes. Dans tous les cas, l’entreprise va avoir besoin des acheteurs pour sourcer et identifier les partenaires impliqués dans la mutualisation de ces flux et pour trouver des débouchés », explique la responsable environnement et économie circulaire de l’Afnor.

L’économie de la fonctionnalité, un nouveau mode de contractualisation

Autre domaine d’action important de l’économie circulaire, l’économie de la fonctionnalité implique également une réflexion achats forte sur de nouveaux modèles de contractualisation. La direction achats de l’aéroport Schipol à Amsterdam a ainsi conclu un accord avec Philips pour acheter des heures d’éclairage plutôt que des ampoules.

Plus globalement le conseil de Juliette Guillemin-Dupille, experte achats responsables à l’Afnor d’appliquer une approche en cycle de vie dans ses achats : « on doit se poser la question de l’extraction de la matière première jusqu’à la fin de vie. L’idée c’est, à travers l’économie circulaire, de ne pas déplacer un problème de pollution par exemple vers un problème d’émission carbone. Cette approche en cycle de vie va également permettre de voir où sont les externalités. » Une approche, évidemment, à combiner avec un calcul en TCO des produits et services achetés.

Autant de principes déjà présents dans la norme achats responsables ISO 20400 dont un processus de révision va être lancé en mars via un questionnaire, afin d’étudier l’opportunité d’ajouter certains éléments normatifs, notamment sur les questions de TCO et d’évaluation des fournisseurs.

Transférer cet article à un(e) ami(e)