Solution et techno

La marketplace Mercateo devient Unite et redéfinit sa position

Par Guillaume Trecan | le | Marketplace

Créée en 2000, Mercateo était initialement une marketplace dotée de quelques fonctionnalités d’e-procurement. Sous la nouvelle bannière Unite, deux nouvelles offres sont désormais rassemblées, en plus de la place de marché Mercateo.

La marketplace Mercateo devient Unite et redéfinit sa position
La marketplace Mercateo devient Unite et redéfinit sa position

Outre Mercateo pour des achats Spots, avec des prix uniques, Unite propose maintenant deux autres solutions. La première, Business Shop +, développée en 2018, est une solution d’hébergement de catalogues privés composés à la demande du client avec des conditions individualisées. « Le client peut tout décider : l’assortiment, le prix, faire un contrat sur mesure avec son fournisseur », explique Constance Martiny Sondag. La troisième offre, Business Shop, vient de voir le jour. Elle fonctionne aussi pour des achats récurrents, pour lesquels le donneur d’ordres ne souhaite pas appliquer un contrat spécifique mais veut néanmoins bénéficier de prix individualisables. Le fournisseur chargeant un catalogue standard mais avec plusieurs listes de prix, de sorte que ses clients puissent bénéficier de remises proportionnelles au potentiel d’activité qu’ils représentent.

 

L’efficacité de la marketplace combinée au contrôle des fournisseurs

« La création de l’offre Business Shop correspond à un entre deux pour des clients qui veulent pouvoir identifier leur fournisseur car, sur la place de marché, les fournisseurs sont anonymisés. Pour autant, ces clients ne veulent pas devoir concevoir un catalogue privé, ni avoir un contrat pluriannuel avec un fournisseur. Ils veulent aussi conserver l’efficacité dans l’on-boarding fournisseur qu’offrent les places de marché », résume la directrice générale France Bénélux, Constance Martiny Sondag.

Pour ces deux offres, l’atout de Mercateo, qui propose d’être le créditeur unique des clients, demeure intact. Unite Financial Services gère la facturation à la fois pour les business shops et la place de marché. « L’avantage c’est que le client n’a pas à créer de nouveaux comptes fournisseurs dans sa comptabilité. Avoir un nombre important de fournisseurs représente un coût administratif non négligeable », rappelle Constance Martiny Sondag. « Nous avons estimé que le coût administratif de traitement d’une facture fournisseur était de 100 à 150 euros en moyenne selon le degré de digitalisation de l’entreprise », explique-t-elle.  Mercateo a d’ailleurs conçu un simulateur de coût de processus accessible en ligne gratuitement.

Nous nous inspirons des bonnes pratiques du BtoC en termes rapidité pour connecter les entreprises entre elles et leur permettre de faire du business de façon durable

L’idée du nouveau développement à l’origine de la création de Unite est de combiner la flexibilité de la marketplace tout en permettant aux donneurs d’ordres de savoir avec qui ils travaillent même pour des achats de classe C. « Nous nous inspirons des bonnes pratiques du BtoC en termes rapidité pour connecter les entreprises entre elles et leur permettre de faire du business de façon durable », poursuit-elle.

Pour la directrice générale, derrière le changement de nom de la société, c’est un repositionnement stratégique qu’il faut voir. « Nous ne nous positionnons plus comme une marketplace, mais comme une plateforme BtoB qui met en relation acheteurs et vendeurs afin qu’ils en tirent un bénéfice mutuel. La place de marché n’étant qu’une brique dans cette plateforme », explique-t-elle.

A l’heure actuelle, la place de marché reste encore l’offre qui génère le plus gros des 343 millions d’euros de chiffre d’affaires réalisés en 2020 par Unite, qui emploie 700 collaborateurs dont une vingtaine en France et référence sept millions de produits et plus d’une centaine de fournisseurs.

 

 

 

Transférer cet article à un(e) ami(e)