Catégorie ha

Biopress France fait preuve de proactivité pour ses achats d'électricité

Par Mehdi Arhab | Le | Énergie environnement

Dans un contexte volcanique, marqué par une tendance haussière sur les prix de l’énergie, Biopress France, producteur d’huiles et protéines végétales, s’appuie sur Cherpas, une jeune fintech rennaise, pour optimiser sa consommation d’électricité. Mais avant cela, la PME, dont le site de production est implanté dans les Côtes-d’Armor, a tiré profit de l’expertise et des conseils de son partenaire pour renouveler son contrat. 

Biopress France fait preuve de proactivité pour ses achats d'électricité
Biopress France fait preuve de proactivité pour ses achats d'électricité

Les prix de l’énergie sont au cœur des préoccupations. Des particuliers bien-sûr, des entreprises également et plus spécialement des structures de petite taille. Biopress France, modeste producteur d’huiles et protéines végétales, n’échappe pas à cette folle situation. Néanmoins, la PME, tout juste rachetée par Xavier Gard, ne s’est pas laissée abattre et encore moins débordée par la conjoncture actuelle, se montrant particulièrement proactive et anticipatrice.

Pour mener à bien le processus de rachat de l’entreprise, nous avions besoin de davantage de visibilité et d’anticiper au mieux ce que nous consommerons en électricité

Une posture qui prenait les airs d’un impératif pour le nouveau dirigeant de la structure, d’autant que le contrat d’électricité avec son fournisseur arrivait à son terme. « Pour mener à bien le processus de rachat de l’entreprise, nous avions besoin de davantage de visibilité et d’anticiper au mieux ce que nous consommerons en électricité », relate Xavier Gard.

Un process industriel 

Face à une proposition de son fournisseur à des conditions tarifaires extrêmement rudes par rapport au contrat précédent, Biopress France a décidé de se faire accompagner par Cherpas, une startup bretonne de neuf salariés qui édite une solution SaaS. Et pour cause, la jeune pousse s’est fait une spécialité : analyser les factures d’énergie de ses clients et chercher le contrat le plus avantageux à ce sujet. Et à l’heure où les tarifs s’envolent, cette expertise est particulièrement bienvenue.

Les répercussions des coûts énergétiques sur les marges que nous pouvons dégager sont monumentales

À plus forte raison pour Biopress France, dont l’appareil de production, situé dans la commune du Mené (Côtes-D’Armor), était à l’arrêt depuis quelques mois. En cours de rénovation, l’usine, grande de 600 m2 et d’abord en maintenance, tournera de nouveau à plein régime d’ici peu. Relativement simple mais somme toute robuste, le process industriel de Biopress France demeure très énergivore. Pour produire de l’huile, une presse sépare la partie lipidique, d’où est extrait l’huile et la partie protéique des graines oléagineuses. L’huile est ensuite filtrée et mise sous pression, avant d’être entassée dans des cuves de stockage. « Les répercussions des coûts énergétiques sur les marges que nous pouvons dégager sont monumentales », explique Xavier Gard.

Une hausse des prix limitée

Xavier Gard, président de Biopress France - © D.R.
Xavier Gard, président de Biopress France - © D.R.

Et les conséquences sont forcément encore plus importantes en ces temps. Alors que le prix de la tonne d’électricité au cédant s’établissait à cinq euros la tonne, soit 16 % des coûts fixes et variables de la structure, les propositions faites par différents énergéticiens à Biopress France montaient jusqu’à 60 euros la tonne. « L’offre la plus intéressante était au minimum trois fois supérieure au prix du contrat arrivant à échéance, expose Xavier Gard. Notre fournisseur a été quant à lui extrêmement sec, présentant une offre commerciale neuf à douze fois supérieure. »

Naturellement, Biopress France, dont la consommation annuelle devrait être de 170 000 kW, a jeté son dévolu sur une offre commerciale somme toute plus avantageuse portée par Eni, à 14 euros la tonne. Le contrat porte sur deux ans. « Nous nous déchargons d’un gros stress. Notre visibilité est bonne désormais. Sans notre partenaire, il est fort probable que notre business plan tombe à l’eau, avec des prix de l’électricité multipliés par douze sur 36 mois », juge le nouveau patron de la PME. 

« Beaucoup de PME et ETI industrielles sont perdues et ne parviennent plus à maîtriser le coût de l’énergie. Ce qui n’était qu’un petit élément de frais généraux, ne pesant pas grand-chose sur le chiffre d’affaires, est devenu aujourd’hui un axe d’envergure. C’est un achat stratégique ou, du moins, critique, car complexe à appréhender. Les entreprises, par manque de visibilité et absence d’anticipation, voient leurs coûts de production bondir. Elles sont souvent forcées de faire des choix contraints, la tête sur le billot. Et les conséquences peuvent être dramatiques », note de son côté Bertrand Jermann, fondateur de Cherpas. 

Optimisation et maîtrise de la consommation

Pour ce dernier d’ailleurs, le nom du fournisseur choisi importe peu finalement. En effet, il avance qu’il « est difficile de dire chez qui acheter, tant les prix changent rapidement, du jour au lendemain ». « Ce n’est pas parce que l’un d’eux est bien positionné un jour qui le sera le lendemain », prévient-il par la suite.

Nous sommes maintenant en mesure de décaler notre planning de production

Cherpas en ce sens s’est penché sur le process industriel de Biopress France afin d’identifier les flux les plus énergivores et les orienter sur des périodes de la journée, voire de l’année, plus adéquates. « Nous sommes maintenant en mesure de décaler notre planning de production », se félicite Xavier Gard, qui estime, dans l’immédiat, à près de 250 000 euros les économies réalisées.

Bertrand Jermann, co-fondateur de Cherpas - © D.R.
Bertrand Jermann, co-fondateur de Cherpas - © D.R.

« Bien plus que le prix, le type de contrat d’énergie à chercher est différent selon l’activité de l’entreprise. Il faut avant tout trouver le contrat le plus adapté à son besoin. Le sujet est infiniment complexe », rappelle Bertrand Jermann, dont l’outil collecte des données contractuelles, de consommation, métiers et de facturation pour optimiser les coûts et la consommation énergétique de ses clients. Cherpas propose alors un accompagnement continu, avec suivi des coûts mensuels de l’énergie et projection d’atterrissage. La startup relève ensuite les axes d’optimisation de la consommation favorisant la mise en place de plans d’action. « Plus nous baisserons nos coûts fixes et variables, plus nous serons compétitifs et tournerons sereinement », assure pour finir Xavier Gard.

Transférer cet article à un(e) ami(e)