Solution et techno

Mirakl acquiert Target2Sell et poursuit ses ambitions de croissance

Par Mehdi Arhab | le | Marketplace

Quelques mois après avoir annoncé l’acquisition d’Octobat, Mirakl a réalisé la deuxième opération de croissance externe de son histoire en rachetant la start-up française Target2Sell, spécialisée dans la personnalisation des sites de e-commerce.

Sophie Marchessou et Johan Lambert - © D.R.
Sophie Marchessou et Johan Lambert - © D.R.

La licorne, valorisée à plus de trois milliards d’euros, se maintient sur sa lancée. Après avoir renouvelé son tour de table avec Silver Lake en septembre dernier, levant pas moins de 555 millions de dollars, l’éditeur de marketplaces n’a pas failli à sa promesse : se développer à toute vitesse. Pour cela, Mirakl a enregistré 80 nouveaux clients en 2021, a généré un volume d’affaires de 4,3 milliards de dollars et a acquis tout récemment une nouvelle solution boostée à l’intelligence artificielle, poussée par la pépite française Target2Sell. Une seconde opération après le rachat d’Octobat en novembre dernier - dont la solution répond à une évolution réglementaire pour les opérateurs de marketplaces -, qui en appellera peut-être de nouvelles. « Nous sommes ravis de l’opportunité que représentait Target2Sell. La levée de fonds a rendu l’acquisition possible, mais ce n’est pas une fin en soi, ce n’est qu’une étape », expose Sophie Marchessou, vice-présidente customer success mode, beauté et maison de Mirakl, qui rappelle qu’une entrée en bourse n’est pas encore à l’ordre du jour. 

Les discussions ont duré quelques mois et le montant de l’opération n’a pas été communiqué. Aux quelque 700 collaborateurs de Mirakl s’ajouteront les trente personnes exerçant auprès de Target2Sell. Ces effectifs viendront renforcer les départements customer success, ventes, produits et R&D. La marque de la start-up, qui compte plus de 100 clients dont Auchan, But ou encore Galeries Lafayette, ne disparaîtra pas. « Tous nos collaborateurs sont intégrés et la marque persiste, cela nous tenait à cœur », confirme Johan Lambert, CEO de Target2Sell. Mirakl, qui compte atteindre un effectif de 1700 personnes à l’horizon 2023, devrait compter un peu plus de 1000 employés à la fin de l’année, comme le prévoit son plan de recrutement. 

Des offres complémentaires  

Bien que différentes, les offres de Mirakl et Target2Sell jouissent d’une certaine complémentarité. Pour l’éditeur, il s’agit avant tout d’optimiser davantage la performance des plateformes d’e-commerce en proposant aux visiteurs un parcours caractérisé, sur mesure. « Le produit Target2Sell apporte des fonctionnalités supplémentaires, appuie Sophie Marchessou. Il permet aux opérateurs d’augmenter sensiblement leur taux de conversion, c’est-à-dire leur capacité à convertir un visiteur sur leur site en un client qui achète ». 

Nous arrivons avec notre expertise et le but est de développer les produits existants et de nouvelles innovations

La start-up française revendique des gains de conversion de 15 % en moyenne à ses clients. Une prouesse. « Nous arrivons avec notre expertise et le but est de développer les produits existants et de nouvelles innovations », explique Johan Lambert. Détenant des clients communs, Mirakl et Target2Sell travailleront à l’avenir sur des lignes communes de revenus. Un certain nombre de clients Mirakl se verront en ce sens proposer la solution Target2Sell.

Recrutement d’un nouveau DAF et DRH

Après avoir recruté Marc Teulières au poste de responsable de l’offre BtoB du groupe, Mirakl a recruté un nouveau DAF, Éric Heurtaux et un nouveau directeur des ressources humaines, Patrick Houry. Tous deux sont intégrés au comex. Les efforts du groupe se concentrent en outre sur le développement d’une nouvelle solution, Payout, qui interviendra au cours de la deuxième moitié de l’année. Celle-ci vise à faciliter le versement de fonds aux vendeurs et à parfaire le processus de conformité. « L’offre peut être améliorée par une solution Mirakl », soutient la vice-présidente customer success mode, beauté et maison du groupe.

Reste pour la licorne, aux 100 millions de dollars de revenus récurrents sur l’année écoulée, d’investir encore dans Mirakl Connect, qui rassemble toutes les marketplaces opérant sur Mirakl. Elle prévoit par ailleurs d’apporter plus d’automatisation pour aider ses clients à administrer leur plateforme de façon plus fluide, notamment sur la revue des commentaires clients et le data mining. « C’est quelque chose de compliqué et chronophage », note Sophie Marchessou.

Transférer cet article à un(e) ami(e)