Solution et techno

Spendesk s’offre Okko, jeune pousse spécialisée dans la gestion des achats

Par Mehdi Arhab | Le | S2p

Spendesk met un pied dans l’univers des achats avec le rachat d’Okko, éditeur d’un logiciel de gestion des achats. Une acquisition qui devrait marquer un tournant pour Spendesk, puisque la licorne avoue volontiers en faire de nouvelles. Spendesk, qui diversifie sa palette, ambitionne ni plus ni moins de construire Le standard du paiement au travail.

Julien Lafouge, CFO de Spendesk - © D.R.
Julien Lafouge, CFO de Spendesk - © D.R.

Les grandes manœuvres dans l’univers de l’édition de logiciel achats se poursuivent. L’une des dernières en date et pas des moindres : le rachat d’Okko par Spendesk. La licorne française bien connue a en effet mis la main sur ce jeune éditeur, fondé il y a un an maintenant. Voilà qui permet à Spendesk de rentrer durablement dans l’environnement achats et, surtout, de diversifier son portefeuille de produits. Une acquisition de choix qui lui permet d’élargir ses horizons donc et de voir un peu plus grand. Pour Spendesk, cette acquisition avait tout de (très) la bonne idée. Et Okko n’a évidemment pas été choisi au hasard, bien au contraire. Son expertise et son savoir-faire sur le segment de la digitalisation des achats ont grandement séduit Spendesk.

Au cours des dernières années, des centaines de nos clients ont souligné le besoin d’un soutien accru dans leurs processus d’achat

Du besoin initial au bon de commande final, Okko fournit un workflow complet sur le processus d’approvisionnement, avec des fonctionnalités qui couvrent la gestion des fournisseurs, les demandes d’achat et la gestion des renouvellements de contrats. « La gestion des achats est une extension naturelle de la gestion des dépenses. De nombreuses entreprises ont besoin de solutions complètes pour résoudre les problèmes courants qui se posent avec leurs fournisseurs ou leurs processus internes. Au cours des dernières années, des centaines de nos clients ont souligné le besoin d’un soutien accru dans leurs processus d’achat », nous fait savoir Julien Lafouge, CFO de Spendesk. 

Spendesk est donc aujourd’hui en mesure de proposer une solution complète de gestion des dépenses. Le groupe renforce ainsi son offre et, de surcroît, sensiblement son positionnement sur le marché. Et cela n’a pas de prix. « Avec cette acquisition, Spendesk est la première solution européenne à intégrer totalement la gestion des achats et des dépenses pour les entreprises comptant jusqu'à 1000 employés », assure Julien Lafouge, qui poursuit.

 « Avec le savoir-faire d’Okko en matière de gestion des achats et notre expertise en gestion des dépenses, nous sommes unis par une vision de l’innovation collaborative qui est facilement adoptable pour les employés, créant une expérience transparente et fluide pour tout le monde. »

Une intégration complète

Les équipes de Spendesk sont déjà à pied d’œuvre. Okko est en cours d’intégration dans la plateforme SaaS portée par le champion français. Les salariés d’Okko sont conservés, la marque, elle, disparaîtra pour être intégrée dans la plateforme de gestion des dépenses donc. « L’ensemble des salariés d’Okko rejoignent Spendesk et intègrent notre département Produit et Ingénierie, apportant leur précieuse expertise spécifique à la gestion des achats. La marque disparaîtra peu à peu pour être complètement intégrée à Spendesk d’ici à la fin de l’année », confirme le CFO de Spendesk. À terme, le groupe entend donc fournir à ses clients une solution de gestion des achats « de bout en bout facilitant la gestion des fournisseurs, les demandes d’achat collaboratives, les flux d’approbation, et les renouvellements de contrats ». 

Sorti de terre à Paris en 2016, Spendesk a grandi très vite. Le groupe est implanté aujourd’hui, outre la France, au Royaume-Uni, en Allemagne et en Espagne. Spendesk emploie plus de 500 personnes et s’est fait un nom. La licorne accompagne plus de 4 000 entreprises, des start-ups et marques établies telles que Soundcloud, Doctolib, Sézane, Printemps, SeLoger, ou encore Deezer. « Notre communauté de professionnels de la finance, CFO Connect, fédère plus de 12.000 responsables financiers dans le monde », assure d’ailleurs Julien Lafouge.

Nous avons pour objectif de construire le standard du paiement au travail. Les objectifs à long terme incluent une expansion continue de notre offre pour répondre aux besoins croissants de nos clients, ainsi que le renforcement de notre position de leader sur le marché européen

Du reste, Spendesk, qui avait levé quelque 100 millions d’euros en début d’année 2022, ne s’interdit rien. Et cette acquisition pourrait bien en appeler d’autres. La croissance externe pourrait ainsi bien occuper une place plus importante dans l’approche stratégique de Spendesk. Et plus globalement, comme son directeur financier le confirme, le champion tricolore ne compte pas s’arrêter en si bon chemin, bien au contraire. « Nous avons pour objectif de construire le standard du paiement au travail. Les objectifs à long terme incluent une expansion continue de notre offre pour répondre aux besoins croissants de nos clients, ainsi que le renforcement de notre position de leader sur le marché européen. Cette acquisition pourrait potentiellement ouvrir la voie à d’autres opérations de croissance externe, mais cela dépendra des opportunités et des objectifs stratégiques à venir », expose Julien Lafouge.

Spendesk aura de toutes les manières fort à faire sur le segment de la gestion des achats, la concurrence s’étant assez étoffée ces derniers mois. Pour rappel, Pivot, qui a bouclé deux levées de fonds en quelques semaines seulement en fin d’année 2023, ne cache pas ses ambitions. Flowie, de son côté, a développé une plateforme autour de l’IA et l’ESG, dont le but est ni plus ni moins de révolutionner les achats et la finance. Enfin, Playflows qui vient de boucler un tour de table de 25 millions d’euros et qui propose également une brique achats dans son outil tout en un.