Solution et techno

Altaris change de mains mais garde le cap

Par Guillaume Trecan | Le | Consultant

Après 23 ans à la tête du cabinet spécialisé dans l’accompagnement de projets SI achats, le fondateur du cabinet Altaris, Alain Alleaume, passe la main à Stéphane Gourmaud, qui sera rejoint en février prochain par un second directeur.

Stéphane Gourmaud, nouveau directeur associé d’Altaris. - © D.R.
Stéphane Gourmaud, nouveau directeur associé d’Altaris. - © D.R.

Devenu directeur associé majoritaire Altaris depuis quelques mois, Stéphane Gourmaud explique ce choix par « par la combinaison d’une volonté personnelle d’entrepreneuriat et la rencontre avec Alain Alleaume et Christophe Deletie », avec qui il a concrétisé le rachat d’Altaris mi 2022. En pratique, la transition se passe en douceur depuis plusieurs mois : Christophe Deletie s’est mis en retrait d’Altaris fin septembre et Alain Alleaume va en faire autant fin décembre. Mais les deux ex-directeurs du cabinet demeureront dans son écosystème. « Je garderai un filet d’activité l’année prochaine, parce que des projets en cours pour Altaris vont continuer sur 2023 », indique Alain Alleaume.

Une référence dans l’accompagnement de la digitalisation des achats

En février prochain, Stéphane Gourmaud sera rejoint par un directeur pour piloter les missions d’une dizaine de consultants spécialistes du digital achat en interne et en s’appuyant sur des partenaires de confiance issus de son écosystème. Le cabinet revendique un chiffre d’affaires de 1,1 million d’euros par an. Stéphane Gourmaud travaille activement à recruter de nouveaux consultants en digital achats, des profils motivés à conseiller les entreprises dans l’aide au choix et la mise en œuvre de solutions digitales achats, précise Stéphane Gourmaud, dont l’ambition est de faire d’Altaris « le cabinet référent dans le digital achats en France, Bénélux et Suisse dans les cinq ans ».

Pour les trois-quarts, l’activité du cabinet porte sur un marché de renouvellement de solutions SI achats pour des grands groupes et de mise en œuvre pour des entreprises de plus petite taille. Les compétences d’Altaris couvrent l’« aide au choix de solutions digitales SI achats, l’accompagnement à leur mise en œuvre et déploiement », explique Stéphane Gourmaud.

Alain Alleaume - © D.R.
Alain Alleaume - © D.R.

On n’entre pas dans un projet digital sans avoir fait au départ une réflexion avec le client sur ses processus

« Nous avons démarré l’activité il y a une vingtaine d’années sur du cadrage des besoins », complète Alain Alleaume, qui rappelle : « notre activité inclut des diagnostics achats ; on n’entre pas dans un projet digital sans avoir fait au départ une réflexion avec le client sur ses processus. »

Nous conseillons les entreprises en toute indépendance par rapport aux éditeurs 

« Nous conseillons les entreprises en toute indépendance par rapport aux éditeurs », précise Stéphane Gourmaud, qui insiste sur le fait qu’il s’agit d’un autre marqueur important d’Altaris. « Nous revendiquons le fait d’avoir une hauteur de vue sur les projets », revendique Alain Alleaume.

Après une à deux années de budgets SI achats en berne pendant la phase Covid, le nouveau directeur associé du cabinet Altaris se réjouit de constater « une nouvelle ouverture des budgets dédiés aux projets SI achats, sur des projets arrêtés qui reprennent, ou sur de nouveaux projets qui se lancent. Le marché est dynamique en dépit d’un contexte économique incertain. »

En ce qui concerne la nature de ces projets, beaucoup sont orientés vers le pilotage des achats responsables et le renforcement du collaboratif avec les fournisseurs. La mise en place de la facturation électronique en 2024 pour les grands comptes implique également plusieurs projets. Sur ce sujet, Altaris est membre depuis plusieurs années du Forum National de la Facture Electronique. Enfin, Altaris travaille aussi sur des sujets SRM, la mise en place de places de marchés, des audits et la reprise de projets.

Portrait

Stéphane Gourmaud était jusqu’à l’été dernier Digital Procurement Project Manager chez le fabricant d’arômes Givaudan, dont il pilotait le portefeuille de projets digitaux. Par le passé, il a longtemps travaillé dans le conseil, en tant qu’indépendant en assistance à maîtrise d’ouvrage sur des projets achats et supply chain au sein du réseau Colibee, mais aussi, un peu plus tôt chez Deloitte, comme consultant en systèmes d’information.

Transférer cet article à un(e) ami(e)