Solution et techno

En épousant SpendHQ, Per Angusta associe performance achats et analyse de dépenses

Par Guillaume Trecan | le | Décisionnel

Neuf ans seulement après avoir créé sa solution de mesure de la performance achats et de pilotage des initiatives achats, Pierre Laprée vient d’annoncer la fusion de Per Angusta avec le spécialiste américain de l’analyse des dépenses SpendHQ. Au même moment SpendHQ lève 65 millions de dollars.

De gauche à droite : Tom Beaty, fondateur de SpendHQ, Scott Macfee, CEO et Pierre Laprée, CPO. - © D.R.
De gauche à droite : Tom Beaty, fondateur de SpendHQ, Scott Macfee, CEO et Pierre Laprée, CPO. - © D.R.

Per Angusta devient une filiale à 100 % de SpendHQ, mais conserve sa marque. Son fondateur, Pierre Laprèe, devient du même coup Chief Product Officer du nouvel ensemble. Il siège au conseil d’administration de SpendHQ dont il devient l’un des deux principaux actionnaires avec son fondateur, Tom Beaty. Le reste du capital de la société est détenu par un pool de managers et le fonds Pamlico, qui prend une position d’actionnaire minoritaire en investissant 65 millions de dollars dans Spend HQ.

Des places de choix pour les managers de Per Angusta

Le nouvel ensemble emploiera 85 personnes, là où Per Angusta revendiquait 21 collaborateurs lors de sa précédente levée de fonds, en septembre 2020. « SpendHQ est peu près trois à quatre fois plus grand que Per Angusta, mais il n’y a pas entre nous une si grande différence d’échelle » défend Pierre Laprée, dont les équipes vont être partie prenante du projet d’intégration des deux solutions, à commencer par Aymeric Lepage, recruté par Per Angusta en avril au poste de directeur général, qui devient directeur général Europe de SpendHQ et reportera au CEO Scott Macfee. Les ambitions affichées par les nouveaux partenaires sont claires : « A horizon de trois ou quatre ans, nous prévoyons de multiplier la taille de l’entreprise par deux ou trois », indique Pierre Laprée.

Comme la nôtre, leur solution est une solution de praticiens achats 

Au-delà de la question de la taille critique qui a compté dans ce projet de rapprochement, Pierre Laprée évoque une complicité naturelle fondée sur une même culture des achats pour les équipes des deux entreprises. « Plus de 40 % de nos équipes non tech ont fait des achats dans leur vie. C’est assez unique dans le monde des éditeurs et, comme la nôtre, leur solution est une solution de praticiens achats », affirme le fondateur de Per Angusta, qui rappelle que SpendHQ est une spin off du cabinet de conseil Insight Sourcing Group, qui emploie plus de 200 consultants achats aux Etats-Unis et dont il s’est émancipé il y a deux ans. Pour Pierre Laprée, Per Angusta et SpendHQ partagent la même vocation : « créer une alternative aux suites actuelles qui se concentrent sur des aspects transactionnels. Leur point d’entrée est la facture, le nôtre c’est l’acheteur. »

Rapprocher la mesure de la performance du compte de résultat

Si cette complicité à sauter aux yeux de Tom Beaty et Pierre Laprée, lorsque le premier a appelé le second pour en savoir plus sur Per Angusta, fin janvier, ils ont aussi tout de suite perçu le potentiel que recelait l’intégration de leurs approches respectives. « SpendHQ est excellent pour analyser la donnée, pour suggérer où agir et nous sommes capables d’exécuter », résume Pierre Laprée. « En rapprochant la notion de performance achats des données de dépenses - sans pour autant faire des acheteurs des contrôleurs de gestion - nous pouvons faire en sorte que les actions des directions achats collent le plus possible au compte de résultat de l’entreprise », résume Pierre Laprèe.

Notre vision à deux ans et plus c’est d’arriver à ce nouveau système complètement intégré, centré sur l’acheteur et ses besoins en matière de sourcing stratégique, d’alignement avec les clients internes et avec la finance

Dans les 6 à 12 prochains mois, le nouveau Directeur Produit de SpendHQ va donc « créer un système en boucle fermée où toute la performance mesurée dans Per Angusta est rapprochée des données de dépense que l’on trouve dans SpendHQ. » « Notre vision à deux ans et plus c’est d’arriver à ce nouveau système complètement intégré, centré sur l’acheteur et ses besoins en matière de sourcing stratégique, d’alignement avec les clients internes et avec la finance », se projette Pierre Laprée. Dans sa feuille de route technologique à plus court terme, Pierre Laprée a également inscrit le fait de travailler sur la mesure de la performance non-financière : empreinte carbone, diversité, inclusion…

Forte complémentarité géographique

La complémentarité géographique des deux solutions est aussi parfaite, sachant qu’ils n’ont que deux clients en commun : Albertsons et Primo Water. Dans la corbeille de mariage, Per Angusta revendique plus de 130 clients dans 18 pays. « Nous allons leur servir de tremplin pour l’Europe et ce rapprochement nous permettra aussi de très largement accélérer notre croissance aux États-Unis où nous avons aujourd’hui une quinzaine de clients là où eux en ont 300 », éclaire Pierre Laprée. En comptant les équipes de Per Angusta et ses équipes développement basées en nearshore (Amérique latine et ), SpendHQ seront réparties pour un tiers en Europe, un tiers aux Etats-Unis et un tiers dans le reste du monde.

Pour accompagner la croissance de Per Angusta, le fonds Pamlico pourra aussi compter sur l’engagement en tant qu’Operating Partner, avec une mise à disposition des ressources d’experts notamment pour le développement commercial et marketing. SpendHQ devrait évidemment être un peu mieux armées dans la guerre des talents, sachant que, à lui seul, Per Angusta a à ce jour 15 postes ouverts.

Côté ressources humaines SpendHQ doit également relever le défi interculturel. Des programmes d’échanges seront pour cela proposés aux cadres de l’entreprise, incitant les Américains à se rendre en France et les Français à se déplacer aux Etats-Unis. Pierre Laprée, qui avait déjà pris la décision de s’installer aux Etats-Unis pour le développement américain de sa base client, est évidemment conforté dans son projet… Il sait désormais que ce sera à Atlanta, où se trouve le siège de SpendHQ.

Transférer cet article à un(e) ami(e)