Stratégie ha

Geoxia : « Nous perdons de l’argent lorsque nous retardons un chantier »

Par Mehdi Arhab | le | Direction ha

Julien Nowaczyk, directeur des achats du groupe Geoxia, ne cache pas son inquiétude quant à l’augmentation des prix de certaines matières premières. Afin de mieux cerner la problématique de l’inflation et de contrer les asymétries d’information entre sa structure et ses fournisseurs, il a agencé un outil de suivi des cours.

Julien Nowaczyk, directeur des achats du groupe Geoxia - © D.R.
Julien Nowaczyk, directeur des achats du groupe Geoxia - © D.R.

Julien Nowaczyk a pris la direction de la structure des achats de Geoxia en novembre 2020, en pleine pandémie de la Covid. Depuis, lui et son équipe de quatre acheteurs tentent de traverser la crise autant que faire se peut. Devant la hausse des prix des matières premières, le directeur des achats, à la tête de 70 millions d’euros de dépenses annuelles en matériaux, a décidé d’endurer la tendance haussière en pleine conscience, sans la discuter. À la condition néanmoins qu’elle soit constatable. « Nous demandions que les hausses de prix exercées soient justifiées et le plus important était de pouvoir le vérifier », explique Julien Nowaczyk. 

 

Négocier un petit pourcentage sur une hausse de prix n’est en rien comparable à ce que nous perdrions si nous ne livrons pas un chantier en temps et en heure 

La sécurisation de l’approvisionnement en ligne de mire

Cette décision, mûrement réfléchie, vise principalement à maintenir et protéger l’approvisionnement intégral des chantiers du groupe Geoxia, numéro 2 de la construction des maisons individuelles en France, avec 320 millions d’euros de chiffre d’affaires. Un impératif certain, à l’aune des logiques de contingentement qui surgissent. « Nous voulions avant tout assurer notre approvisionnement. Nous perdons de l’argent lorsque nous retardons un chantier, c’est pour cela que nous avons agi de la sorte. Négocier un petit pourcentage sur une hausse de prix n’est en rien comparable à ce que nous perdrions si nous ne livrons pas un chantier en temps et en heure », pose Julien Nowaczyk.

Appuyés par le directeur des opérations du groupe, les Achats se sont alors mis à suivre assidûment la volatilité des cours apparue au printemps 2021. Après avoir conclu le premier semestre 2021 avec près de 8 points de hausse sur leurs achats - « un surcoût colossal », note Julien Nowaczyk -, ils ont imaginé un outil de suivi des cours. L’objectif : gagner en visibilité.

« Dès l’été 2021, notre équipe a commencé à réfléchir à la posture à adopter face à ces innombrables hausses. Nous n’avions en effet aucun moyen de pouvoir contrôler la véracité de ce qui nous était opposé par les industriels. Dès lors, nous nous sommes mis à la recherche d’informations », expose le directeur des achats de Geoxia.

La transparence de l’information a permis de renforcer le lien que nous entretenons avec nos partenaires

 

Depuis, l’organisation des achats de Geoxia dispose d’indexes de référence, lesquels lui permettent de piloter de meilleure manière les hausses de cours de matières premières. En présentant des éléments factuels à ses négociants, Julien Nowaczyk avait le désir de « rendre leur position plus robuste ». N’opérant pas par ailleurs dans un esprit de confrontation avec ses fournisseurs, ce dernier a prôné par surcroît le management positif des industriels avec lesquels travaille le groupe. « Nous cherchons continuellement à consolider les relations que nous entretenons avec nos fournisseurs. Et la transparence de l’information a permis de renforcer le lien que nous entretenons avec nos partenaires », affirme Julien Nowaczyk. Du reste, il s’est aperçu que les hausses de prix n’étaient, le plus souvent, aucunement disjointes de ses indexes.

 

Une adaptabilité renforcée pour les achats

La direction des achats du groupe continue donc pour l’heure d’encaisser des hausses de prix significatives. Mais un autre péril tracasse Julien Nowaczyk : le risque d’approvisionnement. Soumise d’ailleurs à des délais de fabrication plus longs, en raison d’un ravitaillement plus long des matières premières par les industriels, sa structure reste en éveil. « En 2021, les risques d’approvisionnement étaient importants sur l’acier, l’aluminium, mais aussi sur les produits en PVC. La matière première manque. Mais les industriels ont fait le nécessaire pour livrer ce qui était prévu à la faveur d’une réorganisation de leurs outils de production », précise Julien Nowaczyk.

Pour diminuer dans la mesure du possible cette menace, les Achats passent tout de même leurs commandes le plus en amont possible, adaptant ainsi leurs process en conséquence. « Nous essayons d’avoir une autre gestion de la supply chain, une autre gestion de la planification des chantiers. Les coûts de stockage deviennent de plus en plus importants », fait savoir Julien Nowaczyk, qui maintient sans relâche le contact avec la direction générale, la direction commerciale et la direction marketing et produits du groupe Geoxia.

 

La performance achats en berne

Si la demande client croît, eu égard au rebond du marché de la maison individuelle ces derniers mois, le directeur des achats de l’entreprise hexagonale peine en l’état à dégager de la performance achats. Mais l’idée de voir si l’herbe est plus verte ailleurs n’a jamais formellement fait son chemin dans son esprit. « Nous aurions pu faire du sourcing, mais nous voulions vraiment garder notre ligne de conduite et continuer avec nos partenaires historiques. Et la mise en place de cet index des matières premières permettait de professionnaliser davantage la relation ».

Je ne pense pas que l’élan inflationniste va se modérer. L’effet cumulatif pourrait être détestable et les marges des sociétés pourraient être très fortement mises à contribution

Soucieux du climat anxiogène qui entoure les acheteurs, Julien Nowaczyk craint également un effondrement du marché dans sa globalité. L’inflation de 10 à 15 points sur le prix de certains matériaux pourrait bien pousser les constructeurs à augmenter leurs prix au-delà de ce que peuvent supporter leurs clients. « Je ne pense pas que l’élan inflationniste va se modérer. L’effet cumulatif pourrait être détestable et les marges des sociétés pourraient être très fortement mises à contribution. C’est à s’interroger sur qui achètera des maisons avec une telle augmentation des prix de construction. Et nous en venons à nous demander si nous ne faisons pas des produits de luxe », s’alarme-t-il.

Geoxia en quelques informations :

Geoxia, acteur majeur de la construction des maisons individuelles en France, est notamment représenté par deux marques pionnières : Maisons Phénix et Maison Familiale. Chaque année, 1500 maisons sont imaginées par chacune des marques. Le groupe français est pourvu d’une direction des Achats, laquelle est rattachée au directeur des opérations du groupe. Par ailleurs, la direction des Achats ne pilote pas les achats de sous-traitant, mais accompagne les opérationnels, les conducteurs et directeurs de travaux dans les négociations. Un certain nombre d’autres contrats et de partenariats suivent également une logique de prescription. En effet, certains matériaux, achetés par le biais de négociants, auprès des industriels partenaires du groupe, ne font pas office d’achats directs.

Geoxia en quelques chiffres

Effectif de Geoxia : près de 1700 collaborateurs

Effectif de la direction achats : quatre personnes

Montant des achats des matériaux : 70 millions d’euros

Chiffre d’affaires 2021 : 320 millions d’euros

Transférer cet article à un(e) ami(e)