Stratégie ha

Naval Group : « les meilleurs produits du marché avec un enjeu de compétitivité de 20 % »

Par Guillaume Trecan | le | Direction ha

Anne Quillon, la nouvelle directrice achats et relations fournisseurs de Naval Group, doit naviguer finement pour profiter d’un contexte porteur, tout en améliorant la compétitivité des constructions du groupe afin de rester en phase avec les exigences de rigueur budgétaire des Etats clients.

Naval Group : « les meilleurs produits du marché avec un enjeu de compétitivité de 20 % »
Naval Group : « les meilleurs produits du marché avec un enjeu de compétitivité de 20 % »

Anne Quillon, la nouvelle directrice achats relation fournisseurs de Naval Group couvre un portefeuille d’achats variant entre 2,1 à 2,2 milliards d’euros. Elle est rattachée à la direction des opérations et de la performance qui regroupe également la qualité, le data office, ou encore la direction de la transformation. Un positionnement de la direction achats et relations fournisseurs intervenu en début d’année dans le cadre du plan de transformation Naval 2025 qui vise à accompagner ses objectifs de croissance, de performance et d’innovation.

Anne Quillon a en lien direct 370 personnes en direct, d’acheteurs catégorie, à responsables achats en phase d’offre, responsable achats programme, qualité fournisseur. Son management fonctionnel s’étend également à une centaine d’acheteurs des filiales du groupe.

Sécurité industrielle et performance globale

La priorité numéro un de l’entreprise, qui est également sensible au niveau des Achats, c’est la sécurité. « Ma priorité, c’est que tous les personnels de nos fournisseurs travaillent sur nos sites en toute sécurité », annonce Anne Quillon, convaincue par ailleurs du lien entre cet objectif et les autres exigences de performance qui lui incombent : « Je n’ai jamais croisé un industriel performant sur la sécurité qui ne soit pas également bon en termes de performance globale et notamment économique. »

Au-delà de ces fondamentaux, Anne Quillon compte bien aider le groupe à profiter d’un contexte qu’elle estime à la fois porteur en termes de croissance et complexe, avec des clients de plus en plus contraints d’un point de vue budgétaire à la suite de la crise Covid. « Le groupe doit relever le défi de proposer à ses clients les meilleurs produits du marché avec un enjeu de compétitivité de l’ordre de 20 % », explique-t-elle. Ce qui passe par un enjeu de performance et d’excellence opérationnelle de l’entreprise étendu bien sûr aux fournisseurs.

Transferts de technologie et souveraineté nationale

D’où une autre priorité : « l’innovation collaborative, que nous devons pratiquer de façon plus structurée et plus organisée que par le passé. » Si les pratiques de co-innovation du groupe avec les startups, grands équipementiers ou encore centres de recherche sont satisfaisantes, Anne Quillon note toutefois qu’il est plus compliqué d’aligner les feuilles de route incrémentales en termes d’innovation.

« Nous avons notre rôle à jouer dans l’animation de la BITD, dans l’intérêt des industriels de la filière et de la souveraineté de la France  »

Dans sa politique de gestion des relations fournisseurs, Anne Quillon devra également réconcilier deux objectifs en apparence contradictoires. D’une part satisfaire aux exigences de transfert de technologie des clients du groupe à l’export et d’autre part aider l’écosystème des entreprises françaises de son secteur à croître. « Nous avons également notre rôle à jouer dans l’animation de la BITD, dans l’intérêt des industriels de la filière et de la souveraineté de la France », confirme la nouvelle directrice achats et relations fournisseurs.

Cybersécurité et RSE

Dans son plan de marche figurent également des incontournables du tableau de bord Achats 2021, à commencer par la cybersécurité. « Il y a une attente très forte de la part de nos clients sur la cybersécurité de nos produits et leur écosystème », témoigne Anne Quillon. Dernier enjeu, la RSE, qui nécessitera « un changement culturel important de l’entreprise. C’est une priorité pour nous de pouvoir développer des relations avec nos partenaires en cohérence avec la responsabilité sociale et environnementale de l’entreprise », reconnait-elle.

« Je ne viens pas du monde de l’industrie navale »

Mais pour l’heure, c’est une préoccupation personnelle qui figure en tête de sa liste d’objectifs prioritaires : comprendre et connaître le groupe, ce qui implique beaucoup de rencontres et de visites de sites, au-delà du siège de Paris XVe où elle est basée. « Je ne viens pas du monde de l’industrie navale et je suis convaincue qu’il n’y a rien de pire pour un industriel que de plaquer des organisations ou des recettes que l’on a pu connaître dans une vie antérieure sans connaître toutes les spécificités du secteur dans lequel on travaille », explique la nouvelle recrue des Achats de Naval Group.

PORTRAIT

Anne Quillon (45 ans, Science Po, Desma) a pris ses fonctions de directrice achats et relations fournisseurs de Naval Group le 8 octobre 2021. Elle pilotait depuis 2018 les initiatives de performance de la trésorerie de la chaine d’approvisionnement de GE Renewable Energy Hydro. En 2010, après avoir évolué huit ans aux Achats de Safran, elle rejoint Alstom Power en tant que directrice sourcing France avant de devenir directrice des achats et de la chaine d’approvisionnement de la région Europe, Moyen-Orient, Afrique d’Alstom Power Hydro.

 

Transférer cet article à un(e) ami(e)