Stratégie ha

Somfy : « 40 % de nos achats sont effectués à moins 500 km de nos usines »

Par Guillaume Trecan | le | Direction ha

Charles Edouard Vasse, directeur achats du groupe Somfy, conduit une stratégie de résistance à la crise et de croissance. Il s’appuie en particulier sur des relations historiquement solides avec les fournisseurs du groupe, mais aussi sur le renforcement des outils achats, avec le déploiement d’une suite S2P et d’une méthodologie de costing.

Somfy : « 40 % de nos achats sont effectués à moins 500 km de nos usines »
Somfy : « 40 % de nos achats sont effectués à moins 500 km de nos usines »

Pouvez-vous nous présenter le périmètre de responsabilité qui est le vôtre à la tête des Achats du groupe Somfy ?

Mon arrivée en novembre 2021 s’accompagne d’une volonté de faire en sorte que le département achats soit moteur dans l’atteinte des ambitions 2030 du groupe. Mon poste est rattaché au directeur des Opérations et de la Supply chain, Bruno Stragliati. L’ensemble de l’effectif achats représente près de 140 personnes réparties dans six pays : des acheteurs projets, des acheteurs séries, des acheteurs commodités, une équipe achats indirects d’une douzaine de personnes et un département excellence achat. Nous couvons l’ensemble des achats du groupe, répartis entre un tier d’achats indirects et deux-tiers d’achats directs. Nos principales familles sont de l’électronique, des cartes PCB et des composants, des pièces plastiques injectés, des tubes, des tôles magnétiques.

Quels grands chantiers avez-vous ouverts depuis votre arrivée au sein du groupe en novembre dernier ?

L’ambition du groupe repose sur quatre piliers stratégiques : inventer le Smart living ; apporter plus de valeur à nos clients ; renforcer notre performance ; inspirer et engager. Nous déclinons cela côté achats dans trois domaines d’actions : la montée en compétences de nos équipes, le renforcement des stratégies par commodités et les outils, à savoir une suite source to pay et une méthodologie de costing.

La conjoncture a-t-elle donné une intensité particulière à votre entrée en fonction ?

Les situations de pénuries ont imposé au groupe de revoir un certain nombre de designs. Ce qui a eu pour effet bénéfique de nous forcer à réactualiser la conception de nos produits. Dans la continuité des bonnes relations établies par Somfy avec les différents acteurs du marché, nous nous sommes bien gardés d’adopter des attitudes arrogantes vis-à-vis des difficultés qu’ils étaient susceptibles de rencontrer. Ces enjeux de relations fournisseurs sont pleinement intégrés dans nos stratégies, étant donné l’importance d’être les mieux servis dans un contexte de crise des approvisionnements. Notre stratégie intègre par ailleurs du double-sourcing et un sourcing de proximité. Aujourd’hui, environ 40 % de nos achats sont effectués à moins 500 kilomètres de nos usines. C’est très vertueux dans les contextes de crise comme celui que nous vivons.

Cette vision stratégique nous permettra à la fois de mieux anticiper sur nos besoins, sur ce qui peut se passer sur le marché et sur le pilotage de la relation avec les fournisseurs

Le renforcement des stratégies par catégorie est un autre élément clef de pilotage dans la crise. Où en êtes-vous de ce chantier ?

Nous avons développé notre propre méthodologie de réalisation de stratégies de segments et nous nous attaquons à présent à les construire, avec l’objectif de présenter les premières au deuxième semestre au comex pour embarquer l’ensemble de la société. Cela nous permettra d’avoir une approche moins réactive dans un contexte où les externalités sont de plus en plus pressurisantes.  Cette vision stratégique nous permettra à la fois de mieux anticiper sur nos besoins, sur ce qui peut se passer sur le marché et sur le pilotage de la relation avec les fournisseurs.

Avez-vous accompagné ce focus sur le catégorie management par des recrutements ?

Oui, cette phase est quasiment aboutie. Nous avons conduit une étape de réorganisation avec la nomination de catégories managers et la création de postes d’acheteurs stratégies leaders.

Nous avons conçu en interne un premier module d’onboarding qui vise à donner un langage commun sur les achats à l’ensemble de la population

Sur quelles actions repose votre ambition de faire monter en compétences les acheteurs ?

Elle passe notamment par la création d’une purchasing académie. Après avoir mené une phase d’évaluation, nous avons conçu en interne un premier module d’onboarding qui vise à donner un langage commun sur les achats à l’ensemble de la population. Les premiers acheteurs vont commencer à le suivre courant septembre. D’autres modules seront développés dans les trois ans qui viennent, certains seront pris sur étagère auprès d’acteurs externes, d’autres seront encore conçus en interne : négociation, stratégie, juridique, finance…

Nous avons démarré le procure to pay sur la partie achats indirects sur certaines usines et la partie source to contract devrait suivre en 2023 pour les achats directs

Quel est le calendrier de déploiement de votre nouvelle suite S2P ?

Nous mettons en place cette solution à l’horizon 2023. Nous avons démarré le procure to pay sur la partie achats indirects sur certaines usines et la partie source to contract devrait suivre en 2023 pour les achats directs. Cela se fait en parallèle du déploiement d’un nouvel ERP pour le groupe, inscrit à l’horizon 2025. Ce déploiement nous apportera probablement de l’efficience, mais j’en attends surtout une sécurisation de nos transactions, une capitalisation et une homogénéisation de tous les actes de sourcing du groupe.

Nous nous entendons sur une lecture commune de la structure des coûts et nous en déduisons des modèles qui permettent de faciliter les discussions à venir

Qu’attendez-vous de votre outil de modélisation des coûts ?

Pour élaborer cet outil, nous sommes accompagnés par la société Octoplus Consulting. Il repose sur une méthodologie construite en accord avec les fournisseurs à partir des constatations du terrain. Nous nous entendons sur une lecture commune de la structure des coûts et nous en déduisons des modèles qui permettent de faciliter les discussions à venir. Nous prenons bien soin d’expliquer aux fournisseurs que, si la mise en place de cette méthodologie procède d’une volonté d’optimisation, il ne s’agit pas de faire du cost killing. Au contraire, cela permet d’éviter de faire du dumping. Nous allons d’ailleurs appliquer ces mêmes méthodologies en interne à nos propres usines. Les premiers ateliers ont démarré, l’outil est en place et il nous reste à appliquer cette méthodologie à nos différents segments, ce qui devrait se dérouler durant les douze à dix-huit prochains mois.

Portrait

Charles-Edourad Vasse (48 ans, ingénieur Cesi) a été recruté par Somfy au poste de directeur achats groupe en novembre 2021. Il a commencé sa carrière au sein du service achats de Valeo, en République tchèque en 1999. Il a ensuite évolué dans les services achats de grands équipementiers automobiles : Visteon, Faurecia de 2003 à 2014, Sogefi, puis à nouveau Faurecia rebaptisé Forvia, où il exerçait dernièrement les fonctions de Directeur de l’excellence achats depuis trois ans, une fonction qu’il a créée et qui l’a notamment amené à piloter le déploiement d’Ariba.

Transférer cet article à un(e) ami(e)