Stratégie ha

Objectif RSE et digitalisation pour les Achats du groupe LEM

Par Mehdi Arhab | le | Direction ha

Emmanuel Cognard, promu directeur des achats du groupe suisse LEM, spécialiste de la mesure de l'électricité, entend résister à la pénurie de composants électroniques, sans trahir la capacité des Achats à accompagner la croissance du groupe. En outre, en bonne place dans sa feuille de route opérationnelle viennent la RSE et la digitalisation des process. 

Emmanuel Cognard, directeur des achats du groupe LEM - © D.R.
Emmanuel Cognard, directeur des achats du groupe LEM - © D.R.

LEM - pour Life Energy Motion - est une société créée à Genève en 1972, qui compte près de 1500 collaborateurs. Elle adresse des solutions innovantes, à forte valeur ajoutée, dans la mesure de paramètres électriques pour les secteurs de l’énergie renouvelable et du médical, l’automobile et les laboratoires. Ses principaux produits demeurent la traction - son métier historique, les capteurs de courant et de tension pour l’industrie, ainsi que le contrôle moteur. Le groupe dispose de plusieurs unités de production, une à Genève, une à Pékin, une à Sofia en Bulgarie, une à Machida au Japon, ainsi que d’un centre de logistique en Allemagne et d’un bureau d’étude à Lyon. 

La direction des achats, présente sur l’ensemble de ces géographies, gère un large portefeuille, scindé en trois : des achats de production (électronique, mécanique, plastique et circuit magnétique), pour un montant compris entre 100 et 200 millions de francs suisses, des achats indirects, pour un périmètre de 50 à 100 millions CHF ; avec une majeure partie de capex relative à la conception des machines d’assemblage et des achats projets. La cinquantaine de projets les plus significatifs dépassent chacun les 500 000 CHF de dépenses. « Nous réalisons le design de nos produits et un accent marqué est placé sur la R&D », explique Emmanuel Cognard. La R&D est elle-même subdivisée en trois typologies différentes : une partie innovation en amont, une partie développement et des projets plus complexes, avec une partie Advance Engineering permettant la création de produits nouveaux technologiquement. 

L’organisation et le recrutement en tête de liste

Rattaché hiérarchiquement à la senior vice-présidente des opérations, Emmanuel Cognard se voit attribuer la gestion d’une équipe de 35 personnes. Concernant la répartition, le service des achats compte 16 commodity manager et acheteurs locaux ; neuf acheteurs en mode projet ; cinq collaborateurs opérant sur les achats indirects, ainsi que trois assistants. 

Beaucoup de sujets m’incombent encore. Pour me permettre de travailler davantage sur des sujets stratégiques, il faut que ces deux postes soient couverts

Deux postes restent à pourvoir, d’abord sur un emploi de responsable achats indirects et un autre de responsable achats pour le site de Genève, lequel est ouvert en interne. « Mon poste, laissé libre, à lui-même été repris en interne. Cela permet de faire monter en compétences les acheteurs et de les faire évoluer au sein de l’organisation », se réjouit Emmanuel Cognard, qui ajoute : « beaucoup de dossiers m’incombent encore. Pour me permettre de travailler davantage sur des sujets stratégiques, il faut que ces deux postes soient impérativement couverts ».

La pénurie des composants à gérer

Et des sujets d’importance, Emmanuel Cognard en a quelques-uns sur son bureau. Ceux qui ont trait à la situation économique et politique actuelle sont les plus notables. En effet, de plus en plus sollicité par ses clients, le groupe LEM reste fortement exposé à la crise mondiale de la supply chain, à la pénurie de composants électroniques et à la hausse des prix des matières. Pour autant, le fabricant et sa direction des achats parviennent pour le moment à contenir la conjoncture. « Nous restons et nous voulons rester très opérationnel sur le sujet. Nous sommes vraiment connus pour notre orientation client et la qualité de nos produits, il faut que cela reste ainsi et que les Achats participent à la montée en valeur du groupe », note Emmanuel Cognard. Un travail qui mobilise l’ensemble de ses effectifs. 

Avec 100 à 150 partenaires participant à la création de 80 % du chiffres d’affaires de LEM, la direction des achats se remue pour consolider ce panel, les accompagnant notamment dans l’innovation fournisseur. « Cela passe avant tout par les relations humaines que nous entretenons avec eux. Nous avons quelques fournisseurs bien identifiés, qui sont plus que de simples tiers, mais bien des partenaires stratégiques avec qui nous voulons établir des liens durables », soutient Emmanuel Cognard. 

La RSE et la digitalisation pour gagner en maturité  

Par ailleurs, Emmanuel Cognard et ses équipes vont concentrer leurs efforts sur l’aspect développement durable. Un impératif compte tenu du secteur d’activité de LEM. « Nous tâchons de faire de plus en plus de codéveloppement R&D et de coconstruire des objectifs à atteindre avec nos fournisseurs en matière de développement durable au regard de notre empreinte sur l’environnement. Nous voulons inscrire une stratégie sur le long terme, en raison de la typologie de nos produits, de la technologie que nous utilisons et des matières que nous achetons », développe Emmanuel Cognard. 

Nous voulons digitaliser beaucoup nos process pour gagner en efficacité, y compris au sein de la fonction achats avec l’intégration d’un SRM

Autre point majeur, la digitalisation des process achats. Ce programme, entamé il y a un peu plus d’un an, s’inscrit dans la lignée d’un projet groupe, qui vise à prendre le virage numérique. « Cela ne se pose pas sur le simple changement d’ERP, nous voulons digitaliser beaucoup de nos process pour gagner en efficacité, y compris au sein de la fonction achats avec l’intégration d’un SRM, que nous choisirons prochainement », expose Emmanuel Cognard. Ce plan de transformation, qui devrait prendre fin d’ici l’année 2024, aiguillonnera fortement le nouveau directeur des achats de LEM.  

Portrait :

Emmanuel Cognard (40 ans) a repris ses études il y a un peu moins de dix ans pour intégrer le master DESMA de l’IAE Grenoble. À sa sortie, il a œuvré comme acheteur en mode projet chez Valeo ou encore Thales. Cet ingénieur de formation a intégré le groupe LEM en 2016 comme acheteur projet, avant de devenir en 2019 responsable des achats projets. Il devient directeur des achats groupe de LEM.

Transférer cet article à un(e) ami(e)