Stratégie ha

Sylvie Noël : « l’Adra est un espace privilégié de dialogue entre pairs »

Par Guillaume Trecan | Le | Direction ha

La présidente de l’Adra et directrice des achats de Covea, Sylvie Noël revient sur les fondamentaux de l’Association des directeurs et responsables achats, qui fêtera ses vingt ans lors d’une soirée exceptionnelle le 22 septembre prochain.

Sylvie Noël : « l’Adra est un espace privilégié de dialogue entre pairs »
Sylvie Noël : « l’Adra est un espace privilégié de dialogue entre pairs »

Comment allez-vous fêter les vingt ans de l’Adra en septembre ?

Nous avons rendez-vous le 22 septembre à l’hôtel le Marois, à Paris, à deux pas du Grand Palais pour une soirée Black Tie. Il s’agira d’un événement festif au contenu innovant. Cette soirée des vingt ans de l'Adra doit marquer la mémoire des personnes présentes, autant par ce qu’elles vont découvrir que par le partage. Nous voulons que nos invités soient heureux d’être là, fiers de leur fonction, désireux de partager avec les autres et d’incarner la valeur qu’apportent les Achats autour d’eux. Nous voulons aussi valoriser les nombreux sponsors qui soutiennent cet événement, qui sont des acteurs incontournables des Achats et qui croient en ce que nous faisons.

Au fil des vingt dernières années à animer la fonction achats, quels fondamentaux avez-vous vu demeurer et qu’est-ce qui a changé ?

C’est une question de perception. Certaines personnes vont encore vous dire que les Achats bloquent, qu’ils sont des cost killers. Notre lutte permanente consiste justement à faire comprendre que l’objectif des Achats est au contraire d’apporter de la valeur. Les directions métiers ont besoin de faire performer leurs business et le produit ou le service que nous leur apportons doit leur permettre de se concentrer sur cet objectif en toute quiétude. Le jour où ce point sera compris de tous, aussi bien aux Achats que chez nos interlocuteurs en interne, nous aurons fait un grand pas.

La crise Covid, en particulier, a montré de façon cuisante pour certains qu’ils connaissent et pilotent très mal leurs fournisseurs

Depuis toujours, le gros problème des Achats c’est qu’il s’y joue une question de pouvoir. Tout  le monde pense savoir acheter. Seulement les Achats ont considérablement évolué et la crise Covid, en particulier, a montré de façon cuisante pour certains qu’ils connaissent et pilotent très mal leurs fournisseurs. Qualifier un fournisseur en amont en balayant la totalité des risques est un sujet crucial. En perdurant, la crise révèle la vraie valeur ajoutée des Achats.

Que représente l’Adra, vingt ans après sa fondation ?

Aujourd’hui l’Adra est constituée d’environ 130 membres, directeur et responsables des achats et nous couvrons 43 secteurs d’activité. L’association a été créée en octobre 2002 pour des directeurs achats et par des directeurs achats : Roger Perrotin, Jean-Jacques Passero, Francis Lefebvre, Philippe Favier, Arnaud Minvielle.

Quels que soient nos montants d’achats, notre niveau de maturité personnel ou celui de notre entreprise, nous avons tous des choses à nous apporter les uns aux autres

L’Adra est un espace privilégié de dialogue entre pairs. Notre objectif est d’échanger sans jugement de valeur. Quels que soient nos montants d’achats, notre niveau de maturité personnel ou celui de notre entreprise, nous avons tous des choses à nous apporter les uns aux autres. Nous cultivons des valeurs de collégialité et d’empathie. Nous avons d’ailleurs un vrai plaisir à nous retrouver et nous vivons plus l’Adra comme un club que comme une association. Notre signature le prouve : « Tous engagés pour les achats de demain ».

Il n’existe aucune association équivalente en France ou à l’étranger, où la plupart des associations, sur le modèle du CNA, regroupent les différents acteurs de la fonction achats. La seule qui existe sur le modèle de l’Adra est l’association des directeurs achats qui vient d’être créée au Maroc, à la différence près qu’elle s’appuie sur un cabinet de conseil. De notre côté, nous nous sommes toujours battus pour garder notre indépendance.

Quels sont les critères pour entrer à l’Adra ?

Il faut être en poste, avoir à minima une responsabilité de manager, sachant que nos membres sont presque tous directeurs achats. La candidature des entrants passe par le filtre du conseil de l’Adra. Nous prenons le temps d’appeler le postulant quand nous ne le connaissons pas déjà. Le titre et la fonction ne font pas tout. Nous nous réservons la possibilité de ne pas intégrer à l’Adra des professionnels qui ne correspondraient pas à nos valeurs.

Le conseil, qui comprenait jusqu’ici douze personnes, a été élargi à quinze membres lors de l’assemblée générale de l’association qui s’est tenue le 22 juin

Comment fonctionne la gouvernance de l’association ?

Le bureau est constitué de quatre personnes et le conseil, qui comprenait jusqu’ici douze personnes, a été élargi à quinze membres lors de l’assemblée générale de l’association qui s’est tenue le 22 juin. Les missions à assumer pour mener à bien les projets de l’Adra nécessitent un plus grand nombre de personnes impliquées dans la vie de l’association.

Quels sont les rendez-vous réguliers autour desquels l’Adra réunit ses membres ?

Organisés chaque mois, les Jeudis de l’Adra constituent la colonne vertébrale de l’association. Les thématiques abordées sont définies par les membres pour les membres, en assemblée générale. Une commission dédiée à cet événement priorise les sujets et anime ces Jeudis de l’Adra, lors desquels des intervenants externes viennent apporter leur expertise. Quelques-uns de nos thèmes : Les achats à l'ère du zéro carbone ; Achats publics / Achats privés : deux mondes, un seul univers ; Baromètre Digital Procurement Success 2021 ; gérer le devoir de vigilance pour les fournisseurs et sous-traitants…

Il est de notre responsabilité d’être force de proposition pour les différents métiers de l’entreprise

Nous organisons aussi deux grands rendez-vous par an, les Rencontres de l’Adra, lors desquelles des membres invitent des acteurs de niche à présenter leur offre et l’Adra’up, dont la septième édition se tiendra en décembre prochain. Lors de cet événement, nous invitons des startups à pitcher devant une cinquantaine de directeurs achats. Nous ne nous focalisons pas sur les startups dédiées aux Achats car il est de notre responsabilité d’être force de proposition pour les différents métiers de l’entreprise. Nous adressons à ces entreprises un message simple : venez nous voir, nous allons pouvoir vous ouvrir des portes et dégoupiller les difficultés que vous rencontrez. Parmi les entreprises passées par l’Adra’Up à leur début, on peut notamment citer Per Angusta ou encore Malt.

En 2021, plus de quatorze rendez-vous ont rythmé l’année pour partager les bonnes pratiques de la fonction achats. Près de soixante experts ont contribué à animer ces événements. Le partage d’expérience est toujours au cœur de notre ADN.

Nous avons à cœur de valoriser les talents, aussi bien ceux des jeunes pousses qui sont dans les écoles que ceux des PME

L’Adra s’implique également dans un grand nombre d’initiatives sur des sujets sur lesquels nous considérons que la fonction achats doit s’engager, en particulier dans des dimensions sociétales et d’insertion. Je pense notamment aux Trophées Femmes en EA et en Esat, ou encore au Lab Pareto qui rapproche PME et directions achats. Nous intervenons aussi auprès du Syntec pour normer les relations entre cabinet de conseil et donneurs d’ordres. L’Adra est souvent sollicitée pour influer sur les programmes des écoles. Il est important que les étudiants qui sortent de ces écoles soient en adéquation avec les besoins du marché, qui sont actuellement en train d’énormément évoluer. A travers tous ces événements, nous avons à cœur de valoriser les talents, aussi bien ceux des jeunes pousses qui sont dans les écoles que ceux des PME. Le métier d’acheteur est celui d’un chef d’orchestre qui doit contribuer à faire grandir les gens.

Transférer cet article à un(e) ami(e)