Stratégie ha

Le projet Osmose mise sur la solidarité clients fournisseurs en vallée de l’Arve

Par Mehdi Arhab | le | Direction ha

L’association Thésame, partie prenante d’un programme d’actions à l’adresse des industriels de la filière du décolletage mené par le syndicat national du décolletage (SNDEC), lance le projet Osmose. Ce dispositif vise à concevoir et animer cinq grappes fournisseurs autour de cinq grands comptes et ETI, ainsi qu’une quarantaine de fournisseurs PME-PMI.

Le lancement du projet Osmose est prévu le 23 mai prochain - © D.R.
Le lancement du projet Osmose est prévu le 23 mai prochain - © D.R.

L’objectif du projet Osmose consiste à encourager et consolider des démarches collaboratives et des partenariats entre clients et fournisseurs par le biais de divers dispositifs, afin de favoriser l'éruption de propositions innovantes faites par lesdits fournisseurs. Ce projet, dont la première tranche est d’ores et déjà lancée, se fixe sur la Vallée de l’Arve, un territoire français industriel emblématique et intervient dans un contexte où les besoins de diversification des PME et PMI fournisseurs ne sont que plus grands, compte tenu de la pandémie de Covid et de la crise qui en découle.  

Le Thésame, qui se distingue par sa capacité à accompagner des centaines de PME et PMI - de la région Rhône-Alpes particulièrement -, capitalise notamment sur les précédents travaux du Lab Peak et son référentiel expérimental entamé en 2018 avec Bouygues Construction. « Le directeur des achats international de Bouygues Construction souhaitait mettre en place des démarches d’innovations ouvertes avec des fournisseurs. Il avait retenu notre proposition, qui consistait à mobiliser nos dispositifs pour son compte. Dans ce cadre, une trentaine d’entreprises de la région ont été accompagnées », explique Jean Breton, directeur du Lab Peak du Thésame.

L’idée était de permettre à des entreprises de ce territoire, qui est dépendant de la filière automobile, de se rapprocher et de collaborer avec de nouvelles typologies d’entreprises

La pérennisation de l’activité industrielle en ligne de mire

Si la Vallée de l’Arve a retenu l’attention du Thésame et de l’État, c’est parce qu’elle concentre une multitude de PME et PMI dans le domaine de l’usinage de grande précision pour un grand nombre de filières industrielles (automobile, aéronautique, horlogerie ou encore médicale). Dans un contexte de transformation profonde des marchés de l’automobile et de l’aéronautique et d’une baisse des commandes, les pouvoirs publics ont affiché leur volonté d’accompagner la diversification stratégique des PME fournisseurs du territoire. Cela pour assurer à terme la pérennité de l’activité industrielle de la Vallée de l’Arve ; en lien, toujours, avec des enjeux identifiés par des grands groupes. Le projet Osmose a été pensé dans ce cadre de façon à soutenir les PME et PMI du territoire dans la conquête de nouveaux marchés. « L’idée était de permettre à des entreprises de la Vallée de l’Arve, qui est dépendante de la filière automobile notamment, de se rapprocher et de collaborer avec de nouvelles typologies d’entreprises », confirme Olivier Favier, ancien manager achats et animateur des forums du Peak.

Olivier Favier, ancien manager achats, animateur des forums et project manager du Peak - © D.R.
Olivier Favier, ancien manager achats, animateur des forums et project manager du Peak - © D.R.

Pour le Thésame, qui prend la position d’entremetteur et de facilitateur, il s’agit donc de participer à la création de nouvelles filières dans des logiques collectives. « L’idée consiste à ce que les PME et PMI répondent de manière collaborative à un besoin donné d’un client. Ces entreprises possèdent un grand savoir-faire et peuvent s’inscrire dans une posture de co-développement », expose de son côté Jean Breton. En ce sens, l’association proposera des outils et méthodes supports aux entreprises, pour leur permettre de travailler ensemble autant que faire se peut et d’augmenter la performance industrielle. 

Lancement officiel le 23 mai prochain

Le plan Osmose se scinde en deux tranches. La première (mars-décembre 2022) touche à l’étude de faisabilité de l’expérience et à la structuration d’écosystèmes stratégiques. Elle est cofinancée par la Direction générale des entreprises (DGE) et le Thésame lui-même, appuyé par Pacte PME. Le 23 mai prochain marquera par ailleurs le lancement officiel du projet, à travers une conférence publique organisée à l’ID Center de Cluses, en Haute-Savoie. Des donneurs d’ordre et entreprises qui pourraient prendre part au dispositif viendront apporter leur témoignage, ainsi que leurs attentes. 

Jean Breton, directeur du Lab Peak by Thésame - © D.R.
Jean Breton, directeur du Lab Peak by Thésame - © D.R.

La deuxième tranche livrera aux entreprises un support de conseil collectif, mais aussi individuel et sera cofinancée par la DGE et chacune des cinq grappes. Le modèle des entreprises n’a néanmoins pas encore été complètement défini. Elle débutera en septembre 2022 et s’étalera jusqu’en décembre 2023. Si le projet s’avérait concluant, le Thésame verrait d’un bon œil le fait de réitérer l’expérience dans d’autres territoires portés par des entreprises possédant une forte expertise en conception et en production d’usinage. « Il est important que nous puissions montrer que nous pouvons passer à quelque chose de plus systématique et qui implique des structures sur les territoires, soutient Jean Breton. L’idée serait ensuite d’appliquer ce dispositif à d’autres régions. Mais chaque chose en son temps », conclut-il.

 

 

Transférer cet article à un(e) ami(e)