Stratégie ha

Reynald Rime : « Nous accompagnons les achats de tous les départements du Club »

Par Guillaume Trecan | le | Direction ha

Le directeur achats du PSG monte au créneau pour aider à compenser les pertes dues au Covid, tout en menant de front le dossier colossal de la construction du futur centre d’entraînement de Poissy. La direction achats qu’il a créée en 2013 est présente sur tous les achats sauf ceux de joueurs et de merchandising.

Reynald Rime : « Nous accompagnons les achats de tous les départements du Club »
Reynald Rime : « Nous accompagnons les achats de tous les départements du Club »

Qu’achète la direction achats du PSG ?

Nous accompagnons les achats de tous les départements du Club. Seuls les achats de joueurs et le merchandising vendus dans notre réseau de boutiques et en e-commerce ne sont pas gérés par nous. Notre premier pôle achats, le pôle achats sportifs, gère les achats cœur de métier. Entrent dans cette catégorie les achats liés à la construction du futur centre d’entraînement de Poissy. Ce projet est tellement structurant que c’est un domaine d’achat à lui seul. Il comprend un pôle achats FF&E (Fixed Furniture & Equipement), une dimension très importante du centre d’entraînement comme du Parc des Princes. Viennent ensuite tous les achats purement sportifs pour nos équipes : football masculin, et féminin, jeunes, handball, judo, e-sport. Il faut les héberger, les nourrir, les faire se déplacer, gérer leurs terrains d’entraînement, etc. Nous avons enfin mis dans ce pôle tous les achats liés au sponsoring.

Le deuxième pôle achats est lié à l’exploitation. Il inclut tous les prestataires qui permettent de faire tourner le Parc des Princes et le stade Pierre de Coubertin les jours de matchs :  restauration, accueil, sécurité… Ce pôle comprend aussi les achats IT digital, tous nos achats services généraux et nos achats liés au merchandising et à nos boutiques.

Le troisième pôle est notre pôle dotation équipementier, lié à notre contrat avec Nike. Nous travaillons dans une logique d’optimisation des approvisionnements pour tomber dans la cible budgétaire définie avec Nike. Le responsable de ce pôle a un double rattachement car ses équipes en charge des achats pour revente d’équipements dans nos boutiques sont hiérarchiquement rattachées au Merchandising.

Sur quels axes de performance le Club attend-il les Achats ?

Les axes de performance des Achats sont au nombre de quatre. L’axe mise en œuvre et respect du process achats n’a cessé de gagner en importance depuis la création de la direction achats en 2013. Pour nos actionnaires, il est essentiel d’avoir un process achats clair et compréhensible par l’ensemble des départements. Les acheteurs ont pour mission de veiller à son respect et de l’expliquer à nos clients internes, d’échanger avec eux pour voir s’il y a lieu de l’adapter et de le faire évoluer.

Les budgets sont construits sur des coûts réels, établis en amont avec les fournisseurs

Evidemment, nous apportons une performance achats plus classique, en nous appuyant sur une mise en concurrence financière qui nous permet de sélectionner l’offre la mieux-disante répondant à nos besoins. Mais nous travaillons aussi énormément sur le besoin. Nous fonctionnons en saison sportive du 1er juillet au 30 juin. En pré-saison nous faisons du sourcing, nous travaillons sur les devis et nous challengeons le besoin pour respecter la cible budgétaire. Les budgets sont construits sur des coûts réels, établis en amont avec les fournisseurs. Nous travaillons aussi beaucoup sur la formalisation des besoins dans les cahiers des charges.

Le dernier axe de performance est la sécurisation des achats, effectuée en lien avec la direction juridique mais aussi via un travail de vérification sur nos fournisseurs, pré-appels d’offres en termes de santé financière et risques de corruption et post appel d’offres en vérifiant la qualité des prestations. Nous le faisons en collaboration avec le contrôle de gestion et la direction de l’audit interne.

Est-ce que les pertes causées par le Covid sur l’activité jours de match font remonter les nécessités d’économie imposées aux Achats ?

Du fait du Covid, nous avons subi des pertes très importantes sur les activités jour de match et merchandising. Côté Achats, nous avons fait beaucoup d’efforts pour aider à compenser ces pertes et nos efforts vont continuer sur trois ou quatre saisons. Nous avons en particulier travaillé sur les besoins, parce que c’est là que nous pouvons faire les économies les plus importantes.

Ce centre d’entraînement représente un investissement très conséquent mais aussi un enjeu d’image

Que représente la construction du Centre d’entraînement de Poissy pour la direction achats ?

Ce centre d’entraînement représente un investissement très conséquent mais aussi un enjeu d’image dans la mesure où le Club veut en faire une référence mondiale. Pour y apporter notre contribution, nous avons adapté notre organisation. L’acheteur FF&E qui nous a rejoint travaille en grande partie sur ce dossier, de même que la responsable du pôle achats sportifs. C’est un sujet suivi de très près par nos actionnaires. Un comité de validation spécial a été créé spécifiquement pour arbitrer tous les sujets d’achats liés à ce centre.

La création de la direction achats a été suivie par un énorme travail pour que les acheteurs soient acceptés comme des partenaires sur le long terme

Quels sont vos autres sujets pour les années à venir ?

A plus court terme, nous avons un projet de digitalisation de toutes les interactions avec les fournisseurs et du workflow de validation interne. Nous allons nous appuyer sur un outil du groupe pour mettre en production d’ici 2022 la dématérialisation des appels d’offres, la réception des offres, le workflow d’ouverture des offres et de validation des analyses qualitatives. Pour des raisons de sécurité, nous avons beaucoup de logiciels en on-premise et de développements internes.

J’aimerais aussi que nous allions plus loin dans la relation avec nos clients internes. La création de la direction achats a été suivie par un énorme travail pour que les acheteurs soient acceptés comme des partenaires sur le long terme. Ce travail porte ses fruits, j’en veux pour preuve que les clients internes nous appellent beaucoup en amont pour travailler les budgets. Les acheteurs doivent à présent développer leur expertise sur leurs familles d’achats pour pouvoir entrer dans des discussions techniques. Nous commençons à le faire en allant sur les salons avec nos clients internes, pour partager la montée en compétences et être capables ensuite de mieux les challenger, par exemple sur l’aspect risque.

 

Les achats du PSG en chiffres

Effectif achats : 10 personnes

Montant des achats : 50 à 100 M d’€ d’achats courants

Auxquels s’ajoutent 250 à 300 M d’€ pour la construction du Paris-Saint-Germain Training Center à Poissy.

 

Transférer cet article à un(e) ami(e)