Stratégie ha

BPCE Achats : « Nous sommes en train de packager notre offre de service »

Par Guillaume Trecan | le | Direction ha

Alain Bensimhon, nouveau directeur général du GIE BPCE Achats décrit sa feuille de route, qui passe notamment par l’extension du déploiement du SI achats Ivalua aux caisses et banques du groupe en région, par une meilleure prise en compte de la performance achats et par un axe RSE, de plus en plus pris en compte par la banque dans ses décisions de crédit.

BPCE Achats : « Nous sommes en train de packager notre offre de service »
BPCE Achats : « Nous sommes en train de packager notre offre de service »

Alain Bensimhon a pris ses fonctions de directeur général du GIE BPCE achats le 31 mars dernier. Il reporte d’une part au président du conseil d’administration du GIE, Stéphane Caminati, qui préside la Caisse d’Epargne Loire Drôme Ardèche et au directeur général du pôle technologies et opérations du groupe, Laurent Benatar. A la tête du GIE siègent également deux représentants des Banques Populaires, deux représentants des Caisses d’Epargne et des représentants des différentes entités du groupe.

Objectif augmentation de la couverture achats

Le GIE achats du groupe BPCE a pour périmètre un montant de quatre milliards d’euros d’achat par an qui correspond aux achats des maisons mères de BPCE SA - Caisses d’Epargne et Banques populaires, Casden et Crédit Coopératif - ainsi qu’aux autres entités du groupe, en particulier celles rassemblées dans GFS (Global Financial Services). Pour cela, Alain Bensimhon et ses équipes usent de deux outils : des contrats de référencement auxquels les clients internes sont libres de recourir ou non et des contrats groupe, incluant des engagements de leur part. C’est le cas par exemple pour les prestations de transport de fonds, ou encore sur la gestion de l'énergie. « Nous couvrons près de 70 % des quatre milliards d’euros d’achats du périmètre de BPCE Achats », précise le nouveau directeur général de BPCE Achats.

Packager l’offre StoC et StoP pour les caisses et les banques

L’accroissement de la couverture achats fait bien évidemment partie de ses objectifs. Pour avancer dans ce sens, Alain Bensimhon va s’efforcer de déployer dans l’ensemble des banques et des caisses l’outil Source to Contract Ivalua et projette une extension de ses modules Source to Pay sur le périmètre global incluant les entités de GFS. « Etant donné ce positionnement du GIE en prestataire de service, nous sommes en train de packager notre offre de service avec un pack Source to Contract, un pack Source to Pay et un pack à la carte, avec la volonté que tout le monde converge sur les mêmes outils et les mêmes process », annonce Alain Bensimhon.

Nous sommes aussi là pour développer une relation durable avec nos fournisseurs, en particulier nos fournisseurs en région, qui sont aussi très souvent des clients

Elargir l’offre de sourcing dans un contexte pénurique

Ces efforts d’unification n’excluent pas pour autant la promotion de fournisseurs locaux ou régionaux. « Nous sommes aussi là pour développer une relation durable avec nos fournisseurs, en particulier nos fournisseurs en région, qui sont aussi très souvent des clients », rappelle Alain Bensimhon, pour qui l’autonomie des caisses et banques en matière d’achats est aussi une opportunité d’élargir le sourcing du GIE. Dans le contexte pénurique actuel, l’un des enjeux clefs de BPCE Achats consistera d’ailleurs « à appuyer l’ensemble des entités membres, notamment pour trouver les bons profils en matière de prestations intellectuelles », indique le nouveau directeur général du GIE.

Valider la performance achats avec les métiers

Pour mettre en valeur la performance achats malgré le contexte inflationniste, le GIE BPCE Achats a mis en place une nouvelle méthode de calcul des gains achats appelée ″contribution achats″, construite avec le contrôle de gestion, des établissements du groupe et des métiers, qui vise à déterminer l’impact économique des acheteurs sur la négociation.

Les acheteurs utilisent cette méthode pour évaluer leur contribution et le métier à l’origine de la demande d’achats valide toujours les conclusions de l’outil

« Lorsque nous parvenons par exemple à rééquilibrer la situation face à des fournisseurs qui arrivent avec des demandes de hausse des prix très élevées, nous ne prenons pas seulement en compte le prix final mais toute la négociation », explique Alain Bensimhon, qui poursuit : « sur chaque opération, les acheteurs utilisent cette méthode pour évaluer leur contribution et le métier à l’origine de la demande d’achats valide toujours les conclusions de l’outil. »

25 % de critères RSE dans la note finale

La RSE constituera un autre axe structurant de la stratégie achats déployée par Alain Bensimhon, qui inscrit son action dans les engagements du groupe en matière de décarbonation de l’économie. Natixis intègre ainsi dans le coût du crédit un ratio Green Weighting Factor, qui favorise les clients les plus vertueux en matière environnemental. Côté achats, le GIE Achats a mis en place une nouvelle grille d’évaluation en début d’année, dans laquelle la RSE peut compter jusqu’à 25 % de la note finale. Déjà engagé par la signature de la Charte numérique responsable, le Groupe BPCE entend également développer la démarche d’obtention du Label Relations Fournisseurs et Achats Responsables, dans laquelle se sont déjà engagées quatorze établissements du groupe.  

Transférer cet article à un(e) ami(e)